S'alimenter pour une sortie natation

La piscine c'est chouette surtout par ces temps. Mais ça creuse ! Quelques points pour vous apprendre à gérer ça.

19.04.2016

Le soleil commence à pointer le bout de ses rayons. Il commence à faire chaud, ou bon seulement selon les régions. Alors une petite séance à la piscine histoire de se défouler, pourquoi pas ? Et qui plus est si vous avez accès à un bassin en extérieur ! Le problème, c'est qu'après l'entraînement, on meurt de faim. Alors on se jette sur les sucres rapides des distributeurs, on file prendre le repas à la maison. Mais voilà une fois digéré, on a toujours aussi faim !

1. La natation brûle énormément de calories

Un entraînement de natation dure approximativement une heure. Eh bien durant cette heure-ci, vous allez brûler entre 400 et 1000 calories par heure de nage. Bon bien sûr, 1000 calories, c'est à haut niveau, au cours d'un entraînement vraiment intensif. Mais pour un entraînement normal en quelque sorte, entre 2km et 3km par heures, c'est entre 400 et 700 calories, par heure d'entraînement.

Pourquoi autant ? Alors déjà, il y a le fait d'être en mouvement. Comme toute activité physique en somme. Mais contrairement à la course, à la musculation, par exemple, deux facteurs vont se rajouter. Tout d'abord vous jouez contre la résistance de l'eau, sans pause, sans repos. Ensuite, vous avez une perte d'énergie lorsque votre corps va lutter pour se réchauffer. L'eau est bien plus fraiche que la température de votre corps. Donc il va falloir se réchauffer en plus du fait de produire l'effort. Donc vous allez encore plus dépenser.

Enfin, comme chaque sport, et surtout en cardio, vous vous dépensez énormément après l'effort. C'est l'after-burn-effect, un facteur très important à prendre en compte lorsque vous vous alimentez en fonction d'un entraînement.

2. Il faudra donc se nourrir en fonction, au cours de la journée

Il est recommandé de s'alimenter autour de l'entraînement pour donner assez d'énergie au corps.

Avant l'entraînement un petit snack riche en glucides peut être absorbé. En revanche il faudrait l'espacer d'une heure à une heure trente de la séance. Si vous ne pensez pas à une collation, mais préférez un repas, il faut attendre environ trois heures. Vous pourriez vous évanouir (pas le temps de le digérer), ou alors l'avoir sur le ventre tout l'entraînement, et le rendre.

Pour éviter de s'évanouir, on peut suggérer une pomme, ou une petite barre, afin de remplir à nouveau les stocks de glycogène, après la séance. En revanche pour éviter la fringale, on se prépare un bon repas pour l'heure qui suit.

3. Mais comment organiser les repas de la journée ?

Les bases, comme d'habitude, mais toujours bien à rappeler : 3 repas principaux, des collations.

Le premier repas, le petit déjeuner, est le plus important. Oui on vous le rappelle très souvent, mais certains continuent d'avoir « la flemme » . Si vous avez un petit déjeuner assez consistant, ça devrait déjà vous tenir au ventre toute la matinée. Idéal si comme beaucoup vous allez nager entre midi et deux, à la pause du travail. Il devrait représenter environ 25 %, donc un quart de votre apport calorifique quotidien, et contenir tous les macros : glucides, lipides, protéines. Pensez à prendre quelque chose de vitaminé, avec de bons minéraux, ou bien complémentez-vous avec BiotechUSA.

Le déjeuner et le dîner, à peu près identiques doivent être tout autant complets. La question des glucides le soir est assez débattue, mais les légumes étant aussi des glucides, cela réduirait quelque peu le repas. Ensuite pour les féculents, si vous avez un entraînement tardif, il est clairement contre-productif de ne pas prendre de féculents le soir. Et si vous vous entraînez le matin, le midi, ou l'après-midi… Le tout c'est de ne pas se coucher en ayant faim, de mal dormir à cause de la faim, et de se lever avec une crise d'hypoglycémie. Certains ne peuvent pas, d'autres le supportent très bien. Chacun est différent, donc c'est difficile d'imposer de tels dogmes. A la rigueur si vous avez peur des féculents, choisissez les légumineuses.

Si vous utilisez cet entraînement en complément d'un autre sport, comme par exemple un moyen de sécher/perdre du poids, en vue de l'été, et qu'à côté de ça vous pratiquez la musculation, n'hésitez surtout pas à rajouter un peu plus de protéines que les autres avant et après l'entraînement pour éviter un catabolisme trop important.

Enfin, ça peut paraître bête mais quand même, buvez une bonne grosse bouteille d'eau autour de l'entraînement. Voire deux. Et buvez bien sûr tout au long de la journée. Vous pouvez dire que vous n'avez pas soif. Normal, vous êtes déjà plein d'eau (et peut être même vous avez bien bu la tasse ?) donc vous ne ressentez peut être pas l'envie, le besoin de boire. Mais vous en avez quand même besoin.

----------

Mylene Michelier


Qu’est-ce vous souhaiteriez améliorer dans cet article ?




Le contenu pourrait être...





Annuler

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?