Les blessures typiques dans les sports qui exigent l'endurance

Il y a des blessures typiques dans toutes sortes de sports, les sports d'endurance n’étant pas une exception.
23.01.2017

Le titre aurait pu être «blessures typiques des personnes impliquées dans les sports d'endurance». Il y a des blessures typiques dans toutes sortes de sports, les sports d'endurance n’étant pas une exception. Pas seulement parce que la natation en eau libre pourrait être monotone ou avoir le même risque que présente le lancer du javelot, mais aussi parce que les maladies de civilisation actuelle ont fait leur chemin également dans les sports. Ils forcent les gens à se dépasser sur un tapis roulant – ce qui est clairement dangereux et mauvais; cependant, dans notre poursuite du succès, nous avons tendance à oublier que se dépasser et forcer est quelque chose de contraire au bon sens. Cela affectera - directement ou indirectement - notre état physique et mental.

Ces aspects dommageables font tellement partie de notre vie quotidienne que nous les considérons presque comme naturels. Par exemple, il y a le bon vieux stress, qui se rue sur notre être toute la journée durant, de mauvaises habitudes alimentaires, l’insuffisance d’absorption des liquides, une mauvaise posture, un travail sédentaire, le manque de sommeil relaxant et un excès de stimuli - qui tous contribuent à des blessures qui, dans des conditions normales pourraient facilement être surmontées. Cependant, en raison de notre style de vie, tôt ou tard, elles se traduiront par un effondrement et un collapse physique total.

Vous ne pouvez pas vous en sortir

Dans les articles précédents, j'ai déjà écrit à propos des questions complexes concernant la natation en relation avec les courses de triathlon. Les mouvements gracieux, exécutés apparemment sans effort, sont beaux à voir, mais beaucoup de travail va pour obtenir le visuel de ces mouvements avant même que vous n’atteigniez une bonne ou haute performance dans la natation. C’est particulièrement vrai pour les adultes qui viennent d'autres sports, mais aussi pour les triathloniens, puisque courir et faire du vélo ne contribue pas au maintien de la flexibilité des articulations de l'épaule. Vous devrez faire face à beaucoup d'obstacles lorsque vous voulez nager à un niveau plus élevé ou simplement faire un style de natation basique correct - tout dans le but d'éviter les blessures. Voir la liste des dangers potentiels ci-dessous:

  • Mauvaise technique. Cela signifie des mouvements incorrects ou pas parfaits, le manque de dynamique ou le manque de rétroaction externe. Vous ne pouvez pas apprendre à nager correctement en regardant un livre. Vous devriez consacrer du temps et de l'argent et avoir un instructeur qui travaille avec vous.
  • Fatigues résultantes de l'utilisation d'un trop grand nombre d'équipements. Ceci est principalement dû à des sessions d’entrainement intensives ou trop longues au cours desquelles vous utilisez des pagaies à main. Des exercices séparés pour les jambes, les bras et les bras par bras doivent être développés pour être efficaces.
  • Plan d’entrainement trop monotone. «Si je nage en freestyle pendant la compétition, pourquoi devrais-je m'entraîner en nage sur le dos?» Voir ci-dessus.
  • Respiration unilatérale. Le corps humain n'est pas symétrique, il tend automatiquement à se pencher vers la technique de moindre résistance - ou on peut dire que votre corps se tourne vers une manière de faire la plus facile. Lorsque vous nagez 200m ou une distance idéalement plus longue, vous devriez idéalement reprendre un souffle à chaque deuxième battement, à condition de changer la direction de la prise de souffle à chaque longueur ou deux, peu importe si cela sonne terrible ou comment cela vous ralentit. De cette façon, vous pouvez éviter que l'un des côtés devienne trop fort.
  • Portée limitée. Même pendant l’entrainement de natation, le problème est que mes étudiants ne peuvent effectuer un mouvement gracieux, avec des coudes qui montent haut lors de la natation en freestyle. Cela exige une quantité excessive d'énergie et de concentration pour stabiliser le corps, maintenir le rythme de natation, et le mouvement incorrect met également une pression supplémentaire sur certains muscles et sections des articulations de l'épaule. Vous pouvez éliminer ce problème en faisant régulièrement des exercices de mobilisation et d'étirement ainsi que la natation sur le dos.

Si nous regardons cela en termes d'une course de triathlon, votre partie supérieure du corps doit être en forme la plupart du temps pour exceller dans la natation. Mais nous savons tous que lorsque vous nagez à longue distance, l'avantage (ou l’inconvénient) que vous accumulez dans la natation n'affecte pas vraiment le résultat global. Cette dualité pourrait faire en sorte que les gens optent pour un plan d’entrainement où ils ne consacrent pas assez de temps et d'attention à l’amélioration de l’ampleur de leur mouvement d'épaule, à l'étirement et à la souplesse qui sont donc ignorés, mais une fois dans la piscine, ils ont l’acharnement et poussent vraiment la machine. Ils font tout leur possible pour augmenter leur performance.

Il en résulte souvent une des blessures les plus typiques en natation, Periarthritis humeroscapularis ou «épaules gelées» - comme elle est communément appelée.

Cette blessure se caractérise par l’amplitude limitée des mouvements des épaules. L'articulation de l'épaule, les tendons et cordons de connexion sont déformés, ce qui peut entraîner une douleur lancinante pendant le mouvement (ou même au repos). Cela limite de manière concentrique les mouvements actifs et passifs de l'épaule en une période de temps relativement courte, ce qui aggrave encore plus le problème.

Que pouvez-vous faire quand la douleur est déjà là?

Une fois que vous remarquez que la douleur est déjà présente et que vous avez terminé avec votre parti de ”j’ai pitié pour moi-même”, vous devriez commencer le traitement régulier avec de la glace et de la crème anti-inflammatoire. Il faut aussi faire des mouvements de réchauffement lents sans poids ou charge sur vos épaules. Comme la douleur diminue, vous pouvez augmenter l'intensité, mais le traitement avec de la glace devrait toujours être présent. Vous pouvez voir une dualité même ici - vous ne voulez pas vraiment déplacer une partie du corps quand elle est enflammée. Toutefois, afin d'éviter la «congélation» c'est ce que vous avez spécifiquement besoin de faire. Alors allez-y doucement et ne forcez pas les choses, allez-y en douceur.

«Si je suis faible, je devrais travailler sur ma force, n'est-ce pas?» «Non! Vous devriez d'abord apprendre et pratiquer l’exécution des exercices”.

La base de toute activité sportive de haut niveau est un niveau élevé de compétences en coordination et stabilité. Si vos muscles sont utilisés au mauvais moment ou dans le mauvais ordre, alors vos muscles plus faibles seront compensés et vous n'améliorerez pas ni le rendement, ni le style d'exécution. Si vous voulez cette amélioration, vous devez apprendre d'abord les éléments de mouvement séparés, puis reliés entre eux en pratiquant LENTEMENT, et vous devez régulièrement entrainer et développer vos muscles de base. Une fois que vous avez un noyau stable et solide, vous deviendrez plus mobile et capable de prendre une charge plus intense et lourde.

Continuez à pratiquer. C'est la règle d'or!

Dans la deuxième partie de cet article, vous pouvez lire à propos des blessures typiques des parties inférieures du corps, comment il est possible de les prévenir et même de les traiter.

Zoltán Janota

BioTechUSA / Expert en endurance / 13x Ironman


Qu’est-ce vous souhaiteriez améliorer dans cet article ?




Le contenu pourrait être...





Annuler

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?