Zinc et Sélénium: bénéfices pour le système immunitaire

La santé du système immunitaire est cruciale – il régule votre santé, récupération, performance et vitalité. Voici ce qu’il faut savoir pour l’optimiser.
01.12.2020

Zinc et Sélénium: bénéfices pour le système immunitaire

Le système immunitaire régule la totalité des processus corporels – et assure le bon fonctionnement d’autres systèmes, comme le système endocrine par exemple. Le système immunitaire en bonne santé permet de s’assurer que votre organisme fonctionne de façon optimale (au niveau performances, récupération, force, endurance – mais aussi de productivité physique et mentale) et également se défend parfaitement des agressions au quotidien (ce qui est particulièrement important aujourd’hui, la saison où les maladies saisonnières sont plus que présentes à cause des variations météos).

Une alimentation variée et équilibrée mais aussi la prise de vitamines et minéraux adaptés permettent à votre système immunitaire d’être parfaitement fonctionnel. Nous allons dans cet article vous parler de ces vitamines et minéraux qui peuvent vous aider à maintenir le fonctionnement et la protection de votre corps au maximum, et de la façon de l’optimiser au quotidien.

 Rôle des antioxydants dans le corps

Rôle des antioxydants dans le corps

Avant de parler des antioxydants, il faut comprendre ce que sont les radicaux libres, que sont-ils à notre organisme, et comment les combattre.

Les radicaux libres sont liés au vieillissement et à toute une panoplie de maladies. Parlons un peu des bases: les atomes sont entourés d’électrons qui orbitent autour de l’atome en couches appelées coquilles. Chaque coquille doit être remplie par un nombre défini d’électrons, et quand une est pleine, les électrons commencent à remplir la coquille suivante.

Si un atome a une coquille externe qui n’est pas pleine, il peut se lier avec un autre atome, en utilisant les électrons pour compléter sa coquille externe. Ces types d’atomes sont connus sous le nom de radicaux libres.

Ainsi les atomes avec une coquille externe complète sont stables, alors que ceux avec une coquille incomplète - les radicaux libres - sont instables: pour rattraper le nombre d’électrons dans leur coquille externe ils réagissent rapidement avec d’autres substances.

Lorsque les molécules d’oxygène se divisent en atomes simples qui ont des électrons non appariés, elles deviennent des radicaux libres instables qui cherchent d’autres atomes ou molécules à qui se lier. Si cela est continu dans le temps, commence un processus appelé stress oxydatif. Le stress oxydatif endommage les cellules corporelles, ce qui rend l’organisme prédisposé aux maladies et provoque des symptômes du vieillissement - car les radicaux libres décomposent les cellules corporelles au fil du temps.

Les radicaux libres sont des substances usées produites par les cellules lorsque le corps traite les aliments et réagit à l’environnement, ils sont également connus sous le nom d’espèces réactives d’oxygène (ROS).

Les facteurs qui augmentent la production de radicaux libres dans le corps peuvent être internes, tels que l’inflammation, ou externes, par exemple, la pollution, l’exposition aux UV, et la fumée de cigarette.

Le stress oxydatif a été lié aux maladies cardiaques, au cancer, à l’arthrite, aux accidents vasculaires cérébraux, aux maladies respiratoires, à l’immunodéficience, à l’emphysème, à la maladie de Parkinson et à d’autres affections inflammatoires ou ischémiques.

Avec le vieillissement le corps perd sa capacité à lutter contre les effets des radicaux libres, ce qui provoque une augmentation de quantité de radicaux libres et du stress oxydatif, conduisant à une augmentation de dommages cellulaires, processus dégénératifs et une accélération de vieillissement.

Le stress oxydatif dû aux radicaux libres est directement lié à :

  • maladies du système nerveux central, comme la maladie d’Alzheimer et d’autres démences

  • maladies cardiovasculaires dues à des artères obstruées

  • maladies auto-immunes et inflammatoires, comme la polyarthrite rhumatoïde et le cancer

  • cataractes et déclin de la vision liée à l’âge

  • changements physiques liés à l’âge tels que la perte d’élasticité de la peau, rides, cheveux grisonnants, perte de cheveux et les changements dans la texture des cheveux

  • diabète

  • maladies dégénératives génétiques, comme la maladie de Huntington ou la maladie de Parkinson

Bien que les radicaux libres soient produits naturellement dans le corps, les facteurs liés au mode de vie peuvent accélérer leur production. Il s’agit notamment de:

  • l’exposition à des produits chimiques toxiques, tels que les pesticides et la pollution atmosphérique

  • le fait de fumer ou boire de l’alcool

  • exercices excessifs

  • traumatisme tissulaire, dû à une inflammation et à une blessure

  • ischémie et lésions

  • la consommation de certains aliments, en particulier les aliments raffinés et transformés, les gras trans, les édulcorants artificiels et certains colorants et additifs

  • exposition à la radiation ou aux solvants industriels

Tous ces facteurs de risques conduisent à:

  • une libération excessive d'ions de fer ou de cuivre libres

  • une activation des phagocytes, un type de globule blanc ayant un rôle dans la lutte contre l'infection

  • une augmentation des enzymes qui génèrent des radicaux libres

  • une perturbation des chaînes de transport d'électrons

- le stress oxydatif accélère l’apparition de cancer, des maladies cardiovasculaires, ce qui permet pourquoi il faut le combattre à tout prix.

Afin de combattre ces radicaux libres il est possible d’utiliser les antioxydants – ce sont des substances qui peuvent prévenir ou ralentir les dommages aux cellules causées par les radicaux libres. Un antioxydant (AOX) est une molécule qui ralentit ou empêche l'oxydation d'autres substances chimiques à leur contact.

L'oxydation fait partie d'une réaction d'oxydoréduction qui transfère des électrons d'une substance vers un agent oxydant. Cette réaction peut produire des radicaux qui entraînent des réactions en chaîne destructrices. Les antioxydants sont capables d'arrêter ces réactions en chaîne en se réduisant avec les radicaux et annihilant ainsi leur action. Ces propriétés se trouvent beaucoup dans les familles des thiols et des phénols.

Les sources d’antioxydants peuvent être naturelles ou artificielles. Certains aliments à base de plantes sont considérés comme riches en antioxydants -  ce sont des sortes de phyto nutriments, ou nutriment à base de plantes.

Le corps produit également quelques antioxydants, connus sous le nom d’antioxydants endogènes (à la différence de ceux provenant de l’extérieur, exogènes). Ils agissent comme piégeur de radicaux, transport d'hydrogène et d'électrons, décomposeur de peroxyde, inhibiteur d'enzymes et agent chélateur de métaux.

Il existe des centaines de substances qui peuvent agir comme antioxydants. Chacun a son propre rôle et peut interagir avec d’autres pour aider le corps à fonctionner efficacement. En fait « antioxydant» n'est pas vraiment le nom d'une substance, mais décrit plutôt ce qu'une gamme de substances peut faire. Cependant il est possible d’affirmer que les meilleurs antioxydants se trouvent parmi les vitamines.

Meilleures vitamines et oligo-éléments anti oxydants et leurs sources naturelles

Il existe beaucoup d’information sur les vitamines et oligo-éléments qui représentent les meilleurs antioxydants pour le corps humain. Il s’agit de :

  • Vitamine C

  • Vitamine E

  • Zinc

  • Sélénium

  • Bêta-carotène et autres caroténoïdes.

Ce sont les antioxydants provenant de l'extérieur du corps (exogènes). Il est possible de les apporter sous forme de compléments alimentaires, mais de façon naturelle ils se trouvent dans les aliments classiques, la source la plus abondante étant les fruits et légumes – pour la petite astuce, plus les fruits et légumes sont colorés (en particulier ceux aux teintes violettes, bleues, rouges, oranges et jaunes), plus ils contiennent d’antioxydants et d’oligo-éléments.

Ainsi on trouve :

  • Vitamine C: dans les baies, brocoli, choux de Bruxelles, cantaloup, chou-fleur, pamplemousse, miellat, chou frisé, kiwi, mangue, nectarine, orange, papaye, pois mange-tout, patate douce, fraises, tomates et poivrons rouges, verts ou jaunes

  • Vitamine E: dans les brocoli (bouilli), avocat, blettes, moutarde et navet, mangues, noix, papaye, citrouille, poivrons rouges, épinards (bouillis) et graines de tournesol

  • Zinc: dans les huîtres, viande rouge, volaille, haricots, noix, fruits de mer, grains entiers, certaines céréales enrichies (vérifiez les ingrédients pour voir si du zinc a été ajouté) et produits laitiers

  • Sélénium: dans les noix du Brésil, thon, bœuf, volaille, pains enrichis et autres produits céréaliers

  • Bêta-carotène et autres caroténoïdes: abricots, asperges, betteraves, brocoli, cantaloup, carottes, maïs, poivrons verts, chou frisé, mangues, navets et choux verts, nectarines, pêches, pamplemousse rose, citrouille, courge, épinard, patate douce, mandarines, tomates et pastèque

Il faut aussi comprendre que chaque antioxydant a une fonction différente et n'est pas interchangeable avec un autre. C'est pourquoi il est important d'avoir une alimentation variée. Les aliments particulièrement riches en antioxydants sont souvent appelés « super aliments » ou « aliments fonctionnels ».

Aujourd’hui on ne peut pas dire quelles sont les doses conseillées de ces substances, le plus est le mieux. Plus votre alimentation est variée et équilibrée, plus elle comporte de fruits et légumes, plus la quantité d’antioxydants apportée est élevée…et plus c’est meilleur pour votre corps et votre santé.

Naturellement en cas d’apports insuffisants fait avec la nourriture vous avez la possibilité d’ajouter des compléments alimentaires à votre alimentation quotidienne afin d’assurer les niveaux d’apports adéquats en vitamines et oligo-éléments antioxydants.

Meilleurs compléments de Zinc et Sélénium de BioTechUSA

Comme toujours chez BiotechUSA, il y a dans la gamme de produits les compléments qui vous apportent les quantités nécessaires de zinc et de sélénium, et voici les plus appropriés :

  • Vitamin Complex: ce complexe vitaminé comprend 13 types de vitamines et 10 types de minéraux, donc le zinc et le sélénium. Sans lactose ni gluten, il permet d’apporter le nécessaire journalier en antioxydants (outre les vitamines et minéraux) dans une seule capsule, en combinant la vitamine E, la vitamine C, la riboflavine (vitamine B2), le manganèse, le cuivre, le sélénium et le zinc, ce qui permet de combattre activement le stress oxydatif.

  • One-a-day : ce complexe apporte l’essentiel des vitamines et minéraux, et contient aussi le zinc et le sélénium, en plus d’autres vitamines anti oxydantes – le tout également dans une capsule à prendre.

  • Zinc + chélate : une formule apportant du zinc chélate (un type de liaison du zinc inorganique avec un acide aminé qui crée un complexe organique, le bisglycinate, qui peut être facilement utilisé par le corps humain), qui permet d’optimiser vos apports en zinc facilement assimilable au quotidien.

  • Multi Minéral Complex : les minéraux qu’il contient permet d’optimiser le fonctionnement de l’organisme, et le zinc apporte la partie anti oxydante à la formulation.

Comment le Zinc et le Sélénium affectent la fonction immunitaire ?

Comment le Zinc et le Sélénium affectent la fonction immunitaire ?

Une nutrition adéquate et bien optimisée est essentielle pour le fonctionnement normal du système immunitaire. Cependant certains nutriments soient plus importants que d'autres lorsqu'il s'agit de défendre l'organisme contre les infections et le stress oxydatif. Parmi les minéraux essentiels, les carences en zinc ou en sélénium peuvent augmenter considérablement la possibilité d’infection car ils jouent directement sur le système immunitaire et le stress oxydatif. De nos jours le zinc et le sélénium figurent parmi les carences en micronutriments les plus fréquentes.

Nous allons voir les mécanismes par lesquels le zinc et le sélénium affectent la fonction immunitaire, leur action sur l’organisme et leur mode de consommation à avoir pour optimiser le fonctionnement corporel.

Tout d’abord pourquoi on tient à parler des deux molécules ensemble ? Car ils possèdent un effet synergique (du mot grec "synergos" qui signifie travailler ensemble). En toxicologie, le synergisme se réfère à l'effet causé lorsque l'exposition à deux ou plusieurs produits chimiques à la fois entraîne des effets sur la santé qui sont supérieurs à la somme des effets des produits chimiques individuels. Ce qui signifie que, pris ensemble, le zinc et le sélénium augmentent les effets bénéfiques de l’un et de l’autre.

Le zinc favorise l'immunité grâce à des mécanismes directs, indirects et antioxydants. Il a des effets antiviraux et peut inhiber la réplication de nombreux virus respiratoires différents, dont la grippe, le rhinovirus et le virus respiratoire syncytial. Une carence en zinc prolongée entraîne une atrophie thymique, une réduction du nombre de lymphocytes T et une immunité altérée.  La carence en zinc contribue à l'incidence et à la gravité des infections des voies respiratoires chez les enfants et compromet non seulement l'immunité, mais déplace le système immunitaire vers un état inflammatoire qui peut prédisposer le corps à des dommages aux poumons et à d'autres organes. Chez les personnes âgées une carence en zinc contribue au déclin lié à l'âge de la fonction du système immunitaire connu sous le nom d'immunosénescence, qui à son tour augmente le risque et la gravité des infections chez les personnes âgées. Le zinc a également des effets positifs sur le métabolisme du glucose et la résistance à l'insuline chez les patients diabétiques et pré diabétiques..

Une quantité adéquate de sélénium est également essentielle pour une réponse immunitaire normale et saine. La glutathion peroxydase 1 (GPX1), une protéine contenant du sélénium aux propriétés antivirales connues, fait partie des enzymes les plus touchées par la présence et la quantité de sélénium. Le GPX1 réduit le stress oxydatif en utilisant le glutathion pour réduire le peroxyde d'hydrogène en eau, diminuant ainsi les effets néfastes de cette espèce réactive de l'oxygène (ROS) sur les cellules immunitaires. La réduction de ROS peut également avoir pour effet de réduire la virulence virale (une augmentation des ROS entraîne d'autres mutations virales), car cela altère la réponse immunitaire et permet aux virus de se répliquer librement. Des études montrent également qu’une carence en sélénium produit un stress oxydatif extrême dans les cellules, augmente la sensibilité à la grippe, ainsi qu'aux infections à l'hépatite B, à l'hépatite C, au virus du Nil occidental et à l'hantavirus. La carence entraîne une pathologie pulmonaire plus grave dans les états grippaux et augmente non seulement le risque d'infections, mais contribue également à l'émergence de nouvelles souches de grippe plus virulentes et est également impliquée dans la prévalence et la gravité du VIH.

En ce qui concerne l’actualité au moment de la rédaction du présent article, une étude sur la population a révélé que les personnes vivant dans des régions à faibles niveaux de sélénium en Chine avaient un taux de mortalité par COVID-19 quatre à cinq fois plus élevé que ceux des zones à hauts niveaux de sélénium.

Ainsi une supplémentation en sélénium booste les défenses naturelles de l’organisme, renforce l'immunité antivirale, empêche les virus de muter en une forme pathogène, provoque une prolifération des lymphocytes T plus tôt et une augmentation du nombre de lymphocytes T auxiliaires, ce qui montre qu’il y a une réponse immunitaire plus forte au virus et infections.

Le zinc et le sélénium sont très souvent combinés dans les compléments alimentaires, et pour cause : ils sont complémentaires et agissent en parfaite synergie, en renforçant mutuellement les propriétés anti oxydantes et protectrices.

En effet, les deux oligo-éléments sont dits « antioxydants » et donc luttent activement contre les radicaux libres. De ce fait, le zinc et le sélénium sont actifs ensemble et leur synergie est particulièrement efficace pour :

  • le renouvellement cutané

  • protection anti oxydante des membranes cellulaires

  • lutte contre l’acné

  • lutte contre la dégénérescence maculaire liée à l’âge.

  • effets bénéfiques contre l’altération de l’ADN (lutte avec les radicaux libres)

  • une réponse immunitaire corporelle adéquate (augmentation de production de certains globules blancs - comme les lymphocytes T - du système immunitaire; réduction de la réponse inflammatoire de l’organisme).

  • lutte contre les infections pulmonaires et grippales

Voilà, nous avons abordé avec vous en grandes lignes ce que sont les radicaux libres et antioxydants, décrit leurs actions sur le corps humain et la façon de les consommer, en expliquant à part le rôle de zinc et sélénium, trop souvent minimisé et négligé au quotidien. L’utilisation intelligente de ces éléments permet de garder la bonne santé en boostant le système immunitaire, ralentit le vieillissement et la dégradation corporelle. A vous de jouer et d’optimiser les apports de ces antioxydants (et pas seulement) de façon optimale.

Denis Tchoumatchenko


Qu’est-ce vous souhaiteriez améliorer dans cet article ?




Le contenu pourrait être...





Annuler

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?