Ignorer et aller au contenu
Astuces et compléments alimentaires

Préserver votre santé : radicaux libres contre antioxydants et alimentation, plus de détails…

La semaine dernière, nous avions discuté de l’importance des antioxydants dans la lutte contre les radicaux libres. Cette semaine, nous allons poursuivre notre réflexion sur les causes de l’oxydation cellulaire, sur les dommages qu’elle génère et notre alimentation. De quelle manière nos aliments quotidiens peuvent-ils nous aider à maintenir notre santé ?

Petit rappel sur les radicaux libres et les dégâts qu'ils infligent à nos cellules.

Petit rappel sur les radicaux libres et les dégâts qu’ils infligent à nos cellules.

La respiration cellulaire ainsi que les millions de réactions du métabolisme entrainent la création de radicaux libres, des molécules instables qui entraînent des dégâts sur nos cellules et nos organes. Ces dommages ont été scientifiquement vérifiés depuis plusieurs décennies. Les scientifiques estiment que l’oxydation cellulaire participe sérieusement au vieillissement et à l’apparition de nombreuses maladies (troubles cardiaques, durcissement des artères, dégénération maculaire, inflammation chronique, AVC, maladie de Parkinson et Alzheimer…). Ajoutons que la synthèse des radicaux libres est inévitable (Di Meo S, Venditti P. 2020). Parfois même, elle serait souhaitable car ils participent à certaines réactions immunitaires contre les infections. La protection antioxydante contre les attaques excessives et non-contrôlées des radicaux libres présenterait cependant des avantages santé. 

Quels sont les aliments riches en antioxydants que nous devrions consommer plus souvent 

Quels sont les aliments riches en antioxydants que nous devrions consommer plus souvent 

Les aliments riches en antioxydants sont notre première défense contre les radicaux libres (Alkadi H. 2020). Ils agissent en neutralisant les électrons libres avant qu’ils n’endommagent nos cellules. Vitamines et minéraux agissent comme des antioxydants. Il s’agit de la vitamine A et des caroténoïdes proches, des vitamines C et E ainsi que du cuivre, du zinc et du sélénium. L’activité antioxydante la plus forte est pourtant issue des polyphénols, des substances végétales qui donnent la couleur vive, le parfum et le goût des fruits. Ils sont présents dans les baies (raisins, myrtilles, cassis…) et les légumes.

Herbes et épices sont une autre source d’antioxydants mais leur goût est parfois si puissant qu’elles ne sont consommées qu’en petites quantités. Citons le romarin, le thym, le persil ou le basilic qui sont les plus riches en antioxydants. Le curcuma, le clou de girofle, le gingembre, la cannelle, le piment et la moutarde sont aussi très riches en antioxydants. Le thé (vert, blanc, noir ou rooibos…), le chocolat noir, le cacao ainsi que les noix et les graines apportent aussi leur part.

Les antioxydants ont-ils toujours la même importance pour tous?

Naturellement, les sédentaires devraient se préoccuper de leurs apports alimentaires en antioxydants puisque les radicaux libres ont prouvé leur influence négative sur le vieillissement cellulaire et organique. Les sportifs sont sans doute un peu plus concernés que les sédentaires étant donné que l’exercice libère une quantité phénoménale de radicaux libres (Van Lente F. 1993). Dans ce cas, des aliments à fort potentiel antioxydant comme le cacao pur, les noix, le curcuma et le thé vert devraient faire partie de leur alimentation. N’oubliez pas cependant que la récupération post-exercice passe par une phase inflammatoire tout à fait normale. A ce moment, les antioxydants pourraient s’avérer contre-productifs. 

A t-on besoin d’antioxydants à n’importe quel âge ?

Non, les besoins diffèrent en fonction de l’âge. Lorsque vous êtes jeune, votre organisme neutralise facilement les radicaux libres générés par l’organisme ou subis par l’environnement. Mais au plus l’âge avance, au plus les besoins en antioxydants seront élevés. Cette remarque s’applique d’ailleurs très bien au cadre de la sarcopénie, c’est-à-dire la perte de masse musculaire avec l’âge. Une étude de 2017 (Kobayashi et al.) démontre ainsi qu’un régime alimentaire riche en protéines avec des antioxydants permet de prévenir la perte de muscle liée au vieillissement.